Samedi 22 septembre 2012 à 10.00 H, en la Cathédrale: Célébration d’ouverture du synode diocésain. (Publiée dans Église de Tournai, septembre 2012).

Seigneur, pour que l’œuvre du Christ se poursuive jusqu’à la fin des temps, tu as fait de ton Eglise le signe du salut que tu offres à tout homme. Ouvre l’intelligence de tes fidèles ; fais-leur comprendre que tu les as choisis pour l’évangélisation du monde ; de sorte que naisse et grandisse de tous les peuples de la terre, le peuple de tes enfants (Missel Romain, 1975, Oraison d’ouverture de la messe pour l’évangélisation des peuples)

Le samedi 22 septembre 2012 à 10.00 H, en la Cathédrale de Tournai, aura lieu la célébration d’ouverture du Synode diocésain. Les membres de l’assemblée synodale, qu’ils soient de droit ou élus, sont particulièrement invités à y participer. Au cours de la célébration, ils auront à prêter serment comme membres de l’assemblée qui tiendra quatre sessions en l’abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance, les samedis 10 novembre 2012, 1er décembre 2012, 23 février 2013 et 18 mai 2013. Au terme de la célébration d’ouverture, ils recevront le cahier synodal qui, suite aux propositions envoyées par les équipes synodales en mai-juin 2012, comprendra le déroulement thématique des débats des sessions de l’assemblée. A la fin des sessions, l’assemblée se prononcera, par vote secret, sur les orientations pastorales qui seront données à l’évêque, pour l’exercice de la mission de l’Eglise catholique dans la province de Hainaut. Le samedi 12 octobre 2013, dans un lieu non encore désigné en raison des travaux en cours à la Cathédrale, sera célébrée la clôture du synode diocésain, au cours de laquelle je promulguerai les décrets inspirés du travail de l’assemblée synodale.

Il n’y a pas que les membres de l’assemblée synodale qui sont invités à la célébration d’ouverture du 22 septembre 2012 à la Cathédrale. Tous les membres du peuple de Dieu sont invités : les fidèles laïcs, les membres de la vie consacrée, ceux et celles qui exercent une mission pastorale, les diacres permanents et les prêtres. Pas seulement les fidèles laïcs adultes qui ont une activité professionnelle et qui jouissent d’une santé éclatante, mais aussi les enfants et les jeunes, les handicapés et les fragilisés de la vie, ceux qui sont atteints dans leur santé et ceux qui passent par des épreuves douloureuses ; les catholiques depuis toujours comme les catéchumènes, les enfants, les jeunes et les adultes qui sont sur le chemin de l’initiation chrétienne. Tout le monde est réellement le bienvenu. Il va de soi que les membres des équipes synodales sont particulièrement attendus.

En effet, s’il est vrai que seuls les membres de l’assemblée synodale vont débattre et exprimer leur avis par des votes, tous les membres du diocèse de Tournai sont, durant les mois qui viennent, dans l’attente du don de l’Esprit Saint afin que nous puissions discerner les orientations pour annoncer le Christ à tous ceux qui vivent dans la province de Hainaut.

Le synode diocésain va prier et réfléchir afin de voir comment, tous, nous allons mieux répondre à notre vocation de disciples du Christ. Cela signifie que le synode diocésain se situe devant une question fondamentale qui pourrait être libellée comme suit. Dans la 1ère lettre à Timothée, l’apôtre Paul écrit : Je recommande donc, avant tout, que l’on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâce, pour tous les hommes, pour les rois et tous ceux qui détiennent l’autorité, afin que nous menions une vie calme et paisible en toute piété et dignité. Voilà ce qui est beau et agréable aux yeux de Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il n’y a qu’un seul Dieu, un seul médiateur aussi entre Dieu et les hommes, un homme : Christ Jésus, qui s’est donné en rançon pour tous. Tel est le témoignage qui fut rendu aux temps fixés, et pour lequel j’ai été, moi, établi héraut et apôtre – je dis vrai, je ne mens pas -, docteur des nations dans la foi et la vérité (1 Timothée 2, 1-7). Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Puisqu’il en est ainsi, quel est le témoignage du Christ, seul médiateur entre Dieu et les hommes ? Quel est le témoignage des disciples du Christ, en son corps qui est l’Eglise ? En d’autres termes encore plus synthétiques, puisque Dieu veut sauver tous les hommes, qu’est-ce qu’il nous demande à nous, chrétiens ? A quoi « servons-nous », en définitive ? Pourquoi Dieu nous demande-t-il de participer à la mission du Christ en ce monde ?

Pour éclairer notre démarche, nous pouvons nous glisser dans l’expérience des premiers disciples de Jésus, telle qu’elle est relatée dans l’évangile de Jean. Le soir de ce même jour qui était le premier jour de la semaine, alors que, par crainte des autorités juives, les portes de la maison où se trouvaient les disciples étaient verrouillées, Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit : La paix soit avec vous. Tout en parlant, il leur montra ses mains et son côté. En voyant le Seigneur, les disciples furent tout à la joie. Alors, à nouveau, Jésus leur dit : La paix soit avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour, je vous envoie. Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et leur dit : Recevez l’Esprit Saint ; ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus (Jean 20, 19-23). La rencontre du Ressuscité plonge dans la joie. Depuis l’arrestation de Jésus jusqu’à sa mort en croix et l’ensevelissement, les disciples ont non seulement souffert, mais ils ont aussi pris peur. Ils s’enferment. Le Ressuscité leur donne la paix, il se fait reconnaître et il leur confie une mission : Comme le Père m’a envoyé, à mon tour je vous envoie. Comment pouvons-nous redécouvrir cette mission ? En quoi consiste la rémission des péchés, qui fait partie de cette mission, sous l’action de l’Esprit Saint ? Voilà une autre manière de situer les travaux du synode diocésain.

 

Que chaque équipe synodale soit remerciée pour l’apport qu’elle a fourni pour la préparation des travaux de l’assemblée synodale. Par ailleurs, tous nous redisons notre reconnaissance à tous les membres du diocèse qui prient depuis des mois, pour que nous puissions accueillir le don de l’Esprit Saint.

A la célébration d’ouverture du 22 septembre 2012, nous aurons la joie d’accueillir des observateurs d’autres Eglises ou Communautés ecclésiales de Belgique. Plusieurs évêques voisins viendront eux-mêmes ou enverront un membre de leur conseil épiscopal. Le Cardinal Julien Ries sera à nos côtés.

Au cours de la célébration du synode diocésain, nous serons en communion avec le Synode des évêques à Rome (octobre 2012), sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. Nous vivrons intensément l’année de la foi (11 octobre 2012-24 novembre 2013), promulguée par le Pape Benoît XVI. Et nous aurons la joie de célébrer le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II (1962-1965) ainsi que le vingtième anniversaire de la promulgation du Catéchisme de l’Eglise catholique (1992).

 

Afin d’entrer déjà dans la perspective de l’assemblée synodale, je vous confie la prière d’ouverture du synode diocésain.

Dieu qui conduis et protèges ton Eglise,
donne à tes serviteurs réunis en Synode diocésain,
l’Esprit qui fait la lumière,
qui montre la vérité
et qui construit la paix :
Qu’ils s’attachent à discerner tes volontés,
et qu’ils emploient toute leur force
à les accomplir.